Chaque mère sur cette terre souhaite que ses enfants reçoivent la meilleure éducation possible. Mais certains parents peuvent malheureusement choisir des méthodes inadaptées, notamment en ce qui concerne les punitions et prennent ainsi le risque d’infliger à leur enfant des dommages physiques et psychologiques.

Des pratiques parentales qui peuvent être contreproductives voire néfastes

Certaines punitions d’ordre corporel sont employées dans plusieurs pays à travers le monde en tant que partie inhérente à l’éduction d’un enfant. Elles sont d’ailleurs généralement décidées par le père. Sachant qu’il y a aussi d’autres punitions psychologiques, qui elles, peuvent provoquer des dégâts qu’il n’est pas évident de remarquer.

Les parents qui ont tendance à faire du mal à leurs enfants, que ce soit sur le plan physique ou psychologique, le font en étant convaincus que c’est dans l’objectif de corriger un comportement déplacé sans réaliser que de telles pratiques font tout l’inverse. Puisqu’il ne faut pas oublier que ces punitions à la fois violentes et fréquentes augmentent les risques que l’enfant devienne agressif et violent, ce qui aura un impact sans doute négatif sur son avenir en tant qu’adulte.

Un acte de punition inacceptable vis-à-vis d’un enfant

Jessica Beagley, âgée de 36 ans et mère de six enfants, a mis de la sauce piquante dans la bouche de son fils adoptif de sept ans et prétend ne pas l’avoir fait pour punir son enfant mais plutôt pour avoir des images sensationnelles susceptibles de la faire passer dans la célèbre émission de « Dr. Phil ».

La trentenaire a en effet enregistré la vidéo de la punition le 21 Octobre 2010 et en a envoyé un extrait appelé « Les confessions d’une mère » d’après les dires de la procureure Cynthia Franklin. Cet enregistrement aura valu à la femme originaire d’Anchorage de faire face à plusieurs accusations de mauvais traitement vis-à-vis de ses enfants.

Jessica crie sur son fils avant de lui mettre de la sauce piquante dans la bouche

La vidéo de huit minutes met en scène Jessica en train de réprimander son fils Kristoff au sujet d’un mauvais comportement qu’il aurait eu à l’école avant de verser de la sauce piquante dans sa bouche et l’obliger à la garder à l’intérieur pendant au moins une minute avant de pouvoir recracher.

Le même extrait montre la mère en train de forcer le pauvre garçon à prendre une douche froide avant de l’envoyer au lit.

« Personne ne devrait faire subir de telles atrocités à un enfant et encore moins si la raison derrière est de vouloir participer à une émission de télé-réalité »
Lors de la diffusion de l’épisode de l’émission traitant le sujet de Jessica, une vague d’indignation publique s’est déclenchée en Russie à tel point que certains ont même demandé à ce que Kristoff, ainsi que son frère jumeau, soient renvoyés dans leur pays d’origine. La procureure Franklin a d’ailleurs aussi précisé que l’accusée n’en était pas à sa première tentative de faire son apparition dans l’émission « Dr. Phil ».

Punition ou simple envie d’impressionner ?

En 2009, elle avait déjà envoyé un extrait intitulé « Maman en colère » à la production de l’émission sans recevoir la moindre réponse pendant un an et demi. Après, on a fini par la contacter afin de savoir si la situation était toujours la même et si elle était toujours en colère contre son fils. Elle a du coup à nouveau soumis des vidéos que la production a jugé insuffisantes puisqu’elle ne faisait rien de plus que de crier sur ses enfants.

La procureure rajoute que « tout n’était qu’une question de spectacle ». L’épisode a donc finalement été diffusé le 17 Novembre 2010.

L’animateur de l’émission, Phil McGraw, a déclaré que les méthodes de Beagley étaient « scandaleuses »

Pendant le procès, William Ingaldson, l’avocat de l’accusée, a déclaré que cette dernière ainsi que son mari avaient essayé toutes les méthodes de punition traditionnelles comme la fessée, le temps mort ou la privation de télé mais que rien ne semblait fonctionner avec Kristoff. Il affirme également que la mère avait tout fait pour participer à l’émission dans le but d’aider son fils.

Ingaldson poursuit en expliquant qu’elle faisait tout ceci dans le but d’améliorer le comportement de ses enfants qui était devenu inacceptable et que ses punitions n’avaient pas pour objectif de leur faire du mal par pur plaisir. Il souligne également le fait que le couple avait adopté les deux enfants russes dans le but d’améliorer leurs conditions de vie et qu’il n’est absolument pas question d’une tentative d’apparition dans l’émission de Dr. Phil.

En fin de compte, quelles que soient les raisons qui auraient poussé cette femme à commettre de tels actes, il n’en demeure pas moins que de telles punitions sont totalement inadmissibles et que les parents qui ont des enfants dits « difficiles » devraient plutôt s’adresser à des spécialistes des domaines éducatif et psychologique afin de mettre la main sur les bons outils en termes d’éducation.